La destination luxe, mode, beauté, lifestyle
L'INVITÉ
PRADA, ÉLÉGANTE, CRÉATIVE, DÉCALÉE

Septembre 2020 | S’il y a bien une maison qui se renouvelle et suscite l’intérêt, à chaque collection, c’est bien celle-ci. Décryptage.  

UNE MAISON AVANT-GARDISTE

Depuis 1978 qu’elle dirige la création et préside aux destinées de la maison avec son mari CEO Patrizio Bertelli, Miuccia Prada se distingue par son avant-gardisme, sa créativité et sa personnalité hors du commun. L’histoire commence dans la galerie Vittorio Emanuele II à Milan, en 1913, lorsque Mario Prada, ouvre une boutique spécialisée dans la fabrication de chaussures, de sacs et d’accessoires en cuir. Six ans plus tard, Prada reçoit le brevet de fournisseur de la Maison royale d’Italie, ornant alors son nom d’une corde et d’un blason. 

En digne représentante d’un savoir-faire italien ancestral, la marque s’appuie sur un artisanat haut de gamme. Miuccia, petite-fille de Mario, y ajoutera industrialisation de pointe et innovations. Avec elle, la maison se déploie à l’international et développe une stratégie de nouveaux concepts : les créations se font avant-gardistes, les techniques et les matières inédites apparaissent. C’est le lancement des fameux sacs en nylon, des boutonnières aimantées ou encore des semelles aérodynamiques moulées. 

Aujourd’hui, la griffe a beau se situer en tête des plus puissantes marques de l’industrie, elle ne renonce jamais à l’essentiel. En accueillant Raf Simons comme co-directeur de la création depuis avril dernier, Prada prouve une fois encore que la créativité est l’objectif premier.
 

prada
prada
UN VESTIAIRE MINIMALISTE ET VISIONNAIRE

Pièces intemporelles et fonctionnelles, palette restreinte de coloris, coupes d’apparence sage, silhouettes néo-futuristes aux finitions parfaites, jeux de proportions : faisant fi des critères traditionnels de la séduction, les collections laissent transparaître une sensualité « intellectualisée » et nombre de références culturelles. Miuccia Prada aime détourner les codes et chahuter subtilement le conformisme ambiant. En féministe engagée, hyper consciente des enjeux de l’époque, la garde-robe qu’elle propose est rarement tapageuse, et jamais, au grand jamais, banale. 

La créatrice a le regard qui porte loin devant, là où les attributs de la féminité ne contraignent rien, ne cloisonnent pas, mais affranchissent. Un futur où la mode est plus libre, mais aussi plus responsable, comme en témoigne, par exemple, l’emploi de matières à base de polyester et de plastiques recyclés, de rembourrages certifiés et de popelines de coton traçables.
 

prada
prada
PRADA LOVES PRINTEMPS

Printemps s’habille en Prada avec une immersion hypnotique au cœur de la marque. Dans le cadre de l’opération Prada Loves Printemps jusqu'au 18 octobre 2020, l’atrium du grand magasin parisien accueille Prada Abstract, l’occasion de plonger bel et bien dans l’univers de la marque. Il est vrai que Prada, qui s’est encore démarquée en juillet dernier en présentant sa collection sur Internet sous la forme de cinq vidéos d’artistes, est particulièrement coutumière du digital. Sol et murs blancs, logo noirs, films monochromes diffusés en continu sur d’immenses écrans. Ici, des fragments se détachent d’un glacier. Là des vagues déferlent puissamment. Prada Abstract est davantage qu’un projet éphémère, stimulant tous les sens, réveillant des émotions enfouies, questionnant notre rapport au temps et à la nature. 
 

Sur des "Niches Prada" et des cubes présentoirs où les mêmes images défilent, l’absence de couleurs met en valeur l’identité contemporaine de la marque et fait écho à la sélection de pièces exposée sur toute la hauteur de l’espace de 80 m2 : manteaux, vestes, robes, pantalons, sacs, accessoires et chaussures, au design minimaliste caractéristique, également mis en scène dans cinq vitrines du boulevard Haussmann.
En exclusivité et en avant-première, un sac du défilé "Prada Multiple Views" Printemps-Eté 2021 est par ailleurs disponible, dans les tons blanc, noir, orchidée et aigue-marine. 

prada
prada
prada